aller (4)

dans le désert une masse de chemins hirsutes pousse à chaque pas
immenses ouvertures odorantes et fluides
je parcours sa lenteur aigre
je désire chaque vibration perçante
à perte de vue
ensuite je ne reviendrai pas

Ce contenu a été publié dans aller. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *