Archives de l’auteur : jérôme thouart

que ma joie demeure, jean giono

Une version quasiment identique du texte ci-dessous apparaît si l’on clique sur ce lien : ce jeune journaliste y a honteusement copié-collé mes propos ! https://blogs.mediapart.fr/jerome-thouart/blog/110520/la-litterature-ou-comment-recreer-une-joie-commune Plutôt que de porter notre regard sur des romans racontant des épidémies, mais qui … Continuer la lecture

Publié dans lectures | Un commentaire

chroniques du virus (14)

Pour les épargnés et pour les guéris des tremblements, ce n’était pas un rêve, ces évanouissements. Ils marchaient beaucoup pour se réchauffer un peu. Subitement, quelqu’un tombait dans son appartement, dans un magasin, dans un escalier, dans la rue. Le … Continuer la lecture

Publié dans chroniques du virus | Laisser un commentaire

chroniques du virus (13)

Il a attendu la nuit pour sortir. Il a fermé la porte de sa maison, franchi la grille de son petit jardin, il s’est dirigé calmement vers la maison rouge au toit d’ardoise noire qui lui plaît tant, quelques rues … Continuer la lecture

Publié dans chroniques du virus | Laisser un commentaire

chroniques du virus (12)

Heureusement, certains ne succombaient pas au virus. Il n’a jamais su pourquoi l’amour de sa vie l’avait quitté juste après l’annonce du confinement. Il a pris sa voiture, il a roulé toutes fenêtres ouvertes jusqu’à épuisement du carburant. Ne pouvant … Continuer la lecture

Publié dans chroniques du virus | Laisser un commentaire

chronique du virus (11)

À l’annonce de la livraison des masques, qui a tant et inexplicablement tardé, des hourras ont immédiatement envahi les rues. Nombreux ont été celles et ceux qui ont souri, et parfois ri. C’était comme s’ils entrevoyaient la fin de la … Continuer la lecture

Publié dans chroniques du virus | Laisser un commentaire

chroniques du virus (10)

Personne ne songe plus à sortir. Cloitré dans son congélateur, on se contente de ressasser. C’est la fin des horizons lointains, des horizons pour demain. Les avions sur le tarmac, les trains dans les gares et les bateaux dans les … Continuer la lecture

Publié dans chroniques du virus | Laisser un commentaire

chronique du virus (9)

Les tremblements, ça n’était pas grand-chose. Maintenant, c’est la peau qui déserte les corps. Chacun pense : soit c’est le froid, soit c’est les tremblements, le coupable. Plus de peau. Pas de bol. À sa place, une pellicule de givre si … Continuer la lecture

Publié dans chroniques du virus | Laisser un commentaire

chroniques du virus (8)

Le froid, ce n’était presque rien, tout compte fait. C’était presque vivable. La brise est légère et douce. L’humidité de la nuit partie ailleurs est encore légèrement odorante. Les oiseaux passent d’une branche à l’autre. Ils n’y restent posés que … Continuer la lecture

Publié dans chroniques du virus | Laisser un commentaire

chroniques du virus (7)

Un jeune journaliste débute dans le métier. Soutenons-le. https://blogs.mediapart.fr/jerome-thouart/blog/090420/le-discours-presidentiel-avance-masque-0

Publié dans chroniques du virus | Un commentaire

chroniques du virus (6)

Ce soir, les nuages étaient colorés d’une lueur rose formant à leur sommet une ligne droite comme tracée au pinceau, sous l’œil borgne et intensément lumineux de la lune dans le bleu vif du ciel. Contempler cela de la fenêtre … Continuer la lecture

Publié dans chroniques du virus | Laisser un commentaire