Archives de l’auteur : jérôme thouart

semblable

semblable à un migrant qui s’en va respirer ailleurs qui sent qu’il doit se déplacer de toute urgence à qui s’emballe à toute vitesse à une course effrénée sur le quai presque vide au ruisseau qui voudrait déborder de son … Continuer la lecture

Publié dans abécédaire | Laisser un commentaire

résurrection

J’aimerais bien, mais par mesure de prudence, je préfère ne pas attendre ma mort. Passer par l’art est une voie qui a fait ses preuves pour retrouver un élan de vie, mais avant la mort (les marches funèbres, les musiques … Continuer la lecture

Publié dans abécédaire | Un commentaire

la société ingouvernable – une généalogie du libéralisme autoritaire, grégoire chamayou

Vivent les généalogies ! Pour quelqu’un qui vit dans cette première partie du XXIème siècle, question : d’où vient que le monde occidental, mais aussi, sans doute, le monde entier, ou presque, soit à ce point en butte à une … Continuer la lecture

Publié dans lectures | Laisser un commentaire

le maître ignorant, jacques rancière

Par quel biais j’en suis arrivé à lire Le Maître ignorant ? Un mélange savant, inconscient, de hasard et de nécessité. Je ne saurais pas répondre avec précision, mais le plus probable est que j’ai vu le livre en librairie, … Continuer la lecture

Publié dans lectures | Laisser un commentaire

quitter

Le soir, juste avant les vacances, les élèves quittent (le collège), généralement heureux, débarrassés de ce lieu qui organise leur temps, mais en sachant qu’ils le retrouveront. On quitte des amis avant la fin de la soirée, parce que la … Continuer la lecture

Publié dans abécédaire | Laisser un commentaire

la fraîcheur *23

plus tard, ou bien jamais bientôt, bien tard pas encore pourtant le printemps s’est précipité en hiver tandis que nos rides creusent leurs traces ombragées d’hier on pourrait s’en aller ravir la mandragore et nous jouerions aux médecins qui auscultent … Continuer la lecture

Publié dans la fraîcheur | Laisser un commentaire

précipitation

C’est à toi de parler. La simple articulation est âpre, ankylosée, anxieuse, nouée. Persuadé que le paysage ne s’offrira pas facilement, ce à quoi tu aspires est tout près mais se refuse à venir, préfère attendre ou se noyer ailleurs. … Continuer la lecture

Publié dans abécédaire | Laisser un commentaire

Doggerland, Élisabeth Filhol

Comment bien parler d’une tempête ? Calmement, ce qui permet la clairvoyance (tout comme Elisabeth Filhol a parlé d’une grève et de la séquestration d’un patron par ses employés, dans Bois II, ou des travailleurs irradiés dans La Centrale). Sans … Continuer la lecture

Publié dans lectures | Laisser un commentaire

ouvrir

Ouvrir les bras à l’enfant qui court vers toi. Larges sourires ouverts, dynamiques, libérés dans le lien. Ouvrir une porte pour accueillir les invités, ouvrir une fenêtre pour que l’air circule, pour rafraîchir, virer le renfermé de chez soi. Ouvrir, … Continuer la lecture

Publié dans abécédaire | Un commentaire

les bulles de cidre dans le verre à thé turc

Je viens de terminer de boire le cidre que j’ai versé dans un verre à thé turc que j’ai ramené d’Istanbul en 1997, il y a bientôt 22 ans. Istanbul, où je suis allé grâce à, et avec, la femme … Continuer la lecture

Publié dans récits | Un commentaire