beauté sans sève

Lourd vase transparent rempli de fleurs vieilles

Tiges longues et fines, assoiffées, fragiles et fines, dessinant des souvenirs de chemins sinueux, courbes discrètes

Feuilles qui chutent mais immobiles, retenues par les tiges pour longtemps, pour l’éternité sommeillent

Feuilles tombées au fond comme dans un puits de fatigue

Pétales séchés agglutinés contre pétales séchés, ensemble recroquevillés après le court le lointain l’ancien épanouissement

Feuilles, tiges, pétales, marron, tout comme sa couleur

Lisières rouges des pétales, tons délavés de passion, trace, demeure de douceur

Ce qu’il reste de fleurs

Ce contenu a été publié dans courbes du souvenir. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *