bribes (122)

dépourvu de plante verte, les défaillances en entraînant d’autres, le désintérêt me tenaillait

la mer enveloppe la violence de la terre, toujours assoiffée, la mord, s’étend

je dépouille la perte invisible, je désire les rêveries des rythmes à venir

non loin, à l’horizon, à l’affût, elle pique la curiosité, la fuite vers l’étrangeté du monde

le chemin se cogne. ligne brisée, inépuisablement. il se délivre au cœur même de son état

la dimension modeste d’une goutte d’eau. mais le plongeon lui procure un éternel recommencement

l’enfance d’un lieu

Ce contenu a été publié dans bribes. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *