bribes (125)

au rare et doux coquelicot, je souriais. continue

le double visage d’un avenir radieux dérive

sobriété dans l’ombre, et promesse de braises pour la peau et l’esprit, avec le soleil à proximité

la surface instable, dérangeante, de la vie exploratrice qui cingle l’assignation

avenir malmené, humanité comme un marché d’agressivité. renouveler le jeu du monde, vers des bribes enchanteresses, une fête fragile et fraternelle, où attiser un déplacement

fugue, improvisation, le vent saupoudre avec souplesse la surprise

scintillement de femmes nues, dans les fleurs noires brûlantes

Ce contenu a été publié dans bribes. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *