bribes (126)

il projette les couleurs vives de l’imaginaire illimité de la sensation de départ. avec énergie et inquiétude

il déshabille la jeune femme charnelle, brutale

goûter au délicieux contact, physique, avec l’émerveillement, le vent, et mille autres énigmes

vague vie, lentement poussif, sans grâce, incertaine, attente vide. routine œuvrait jusqu’à l’insignifiant, et le cimetière

comme un esprit fantôme, il rêve de la découverte de la magie enveloppante de sa poitrine

le regard fendu, il a perdu la trace vécue. se fait mécanicien des vagues d’amours

souvenirs de rires emportant un visage, chantant le ruissellement qui éclate sans boussole, comme un appel irrésistible qui pousse ailleurs et dessine la vie nue

Ce contenu a été publié dans bribes. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *