bribes (129)

je me suis libéré d’un adieu aux années suivantes

j’ai pris la douceur amoureuse de la révolution

le rythme ne ronronnait plus, il allait dénicher des terres neuves

pas toujours plus libre

éthique souplesse du don et de la dépense

frêle forge à vivre et à rire

battante, ensoleillée, inoubliable

Ce contenu a été publié dans bribes. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *