cadence

Il arrive parfois que des discussions ressemblent à des chorégraphies, où les mots dessinent une harmonie apaisante, excitante, parce que les partitions de chacun s’accordent étrangement. « Cadence ta riposte » (« dance out the answer ») : j’aime cette réplique de Béatrice dans Beaucoup de bruit pour rien (Much ado about nothing) de Shakespeare. Elle la prononce, au sujet du mariage (lien qu’elle refuse pour elle-même), comme un conseil à sa cousine pour s’adresser à celui qui a l’intention de la courtiser. Il se peut bien que tout soit une question de cadence, dans l’échange avec l’autre. Chercher à trouver le bon rythme à ses paroles, où la pensée et les mots pour la formuler coïncident, circulent avec la justesse de ton et la vigueur qui conviennent, et suscitent chez les autres le désir d’y faire sa propre place. Comme une danse, façonner peu à peu un équilibre entre parler trop vite et trop fort, comme un galop mal maîtrisé, et parler trop bas et trop lentement, comme un poisson pris dans des filets. Alors la parole est une sorte d’éclair galvanisant. Cadence, danse de la parole, rythme qui donne à la voix un corps et une élasticité de danseur, spectacle où chacun peut s’inscrire à sa façon, pour le plaisir de s’y exercer, et pour la joie de trouver son rythme, sa note.

Ce contenu a été publié dans abécédaire. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *