Archives de catégorie : la vie remue

chroniques du virus (6)

Ce soir, les nuages étaient colorés d’une lueur rose formant à leur sommet une ligne droite comme tracée au pinceau, sous l’œil borgne et intensément lumineux de la lune dans le bleu vif du ciel. Contempler cela de la fenêtre … Continuer la lecture

Publié dans la vie remue | Laisser un commentaire

chroniques du virus (5)

Le virus attaqua aussi les corps en installant le froid dans les pieds et les jambes, la nuit, une fois, deux fois, l’air de rien. Les couvertures supplémentaires, les couettes, les chaussettes d’hiver, les chauffages d’appoint n’y changeaient rien. Puis … Continuer la lecture

Publié dans la vie remue | Laisser un commentaire

chroniques du virus (4)

En plus des anodins mouvements quotidiens de chacun, le virus paralyserait le goût et l’odorat. Le salaud. Mais pas les rêves. Il ne sait pas comment faire. Il apprendra peut-être. En attendant, les nuits sont toujours propices aux rêves, toujours … Continuer la lecture

Publié dans la vie remue | Laisser un commentaire

chroniques du virus (3)

Il semble qu’il y ait une épidémie de chroniques sur le virus. Mais qui n’est pas phagocyté ? Qui n’a pas quelque chose à en dire, une émotion à partager ? Parle-t-on d’autre chose ? Il y a de la … Continuer la lecture

Publié dans la vie remue | Laisser un commentaire

chroniques du virus (2)

Les oiseaux volent et chantent encore. Le vent a une petite mine, en revanche. Couverait-il quelque chose ? Lisez, assène le chef (mais en temps de guerre, on combat plutôt, non ?). Quelqu’un aurait-il omis de lui glisser que les … Continuer la lecture

Publié dans la vie remue | Laisser un commentaire

chroniques du virus (1)

Cette chronique qui commence se donne pour thème ce qui pourrait y mettre un terme. Cette chronique a pour sujet quelque chose d’invisible qui se répand et occupe l’esprit de tous, y compris de ceux qui ne seront pas touchés. … Continuer la lecture

Publié dans la vie remue | Laisser un commentaire

Ah j’ai couru

La porte est ouverte, elle entre subitement dans le café, ah j’ai couru, elle est essoufflée, ah j’ai couru. Elle prononce sa phrase d’une traite, en articulant à peine. Elle pose sur une table un blouson et s’approche du comptoir. … Continuer la lecture

Publié dans la vie remue | Laisser un commentaire

les pas

J’aimerais un matin de pluie, comme celle que j’ai entendue déjà sur les tuiles du toit, bruyante, incessante, inquiétante, m’installer dans un café, les jambes encore froides d’avoir marché jusqu’à lui, qui donne sur un carrefour où la circulation des … Continuer la lecture

Publié dans la vie remue | Laisser un commentaire

dans le bleu sombre

Tu aimes le ciel bleu sombre d’une nuit, parsemé de nuages l’adoucissant comme on embrasse, le vent d’ivresse inattendu délivrant un air de partage sans trouble que le matin attend de lui, car il serait triste de ressembler à celui … Continuer la lecture

Publié dans la vie remue | Laisser un commentaire

les branches nues

La lumière est douce dans le jardin. Depuis que je les ai taillées, les branches nues de la glycine, de la vigne et de la bignone ont retrouvé leur air squelettique d‘hiver, accentué par leur enracinement qui les condamne à … Continuer la lecture

Publié dans la vie remue | Laisser un commentaire