Archives de catégorie : lectures

lire dans la gueule du loup, hélène merlin-kajman – 3/gaietés traumatiques

Autre illustration de la différence entre texte emphatique et dispathique, autour du rire. Dans la littérature, il peut être une mise à distance de la dimension traumatique du récit, celle d’une scène conjugale par exemple, visant à surmonter sa part … Continuer la lecture

Publié dans lectures, métier à tisser | Laisser un commentaire

lire dans la gueule du loup, hélène merlin-kajman – 2/empathie et dispathie

A la recherche d’une interrogation avec le monde, donc. Dès lors, s’il y a partage, c’est qu’il doit y avoir un domaine public, à différencier du domaine privé, qui se penche sur l’intimité et n’interroge pas le monde commun, seul … Continuer la lecture

Publié dans lectures, métier à tisser | Laisser un commentaire

lire dans la gueule du loup, hélène merlin-kajman – 1/partages

(Ma lecture de Lire dans la gueule du loup est parcellaire et subjective : je mets de côté plusieurs développements qui ont leur intérêt et leur importance. Elle est orientée par le désir de savoir ce que je peux en … Continuer la lecture

Publié dans lectures, métier à tisser | Laisser un commentaire

lire dans la gueule du loup, hélène merlin-kajman – introduction

Lire, dans la vie d’un être, c’est d’abord écouter quelqu’un (une mère, un père, un grand frère, une grande sœur…) lire, lire à haute voix. C’est encore regarder les signes sur la page et les pages être tournées, au fil … Continuer la lecture

Publié dans lectures, métier à tisser | Laisser un commentaire

note sur la suppression générale des partis politiques, simone weil

Comment bien débuter une année ? En lisant cet article de Simone Weil, paru en 1950. C’est court, percutant et revigorant. Loin des pratiques primaires des partis, à la mode ces derniers temps. En un peu plus de trente petites … Continuer la lecture

Publié dans lectures | Laisser un commentaire

14 juillet, éric vuillard

« Des familles de mendiants somnolent sous les porches. Beaucoup de Parisiens ont à peine de quoi acheter du pain. Mais le pays, lui, n’est pas pauvre. Il s’est même enrichi. Le profit colonial, industriel, minier, a permis à toute une … Continuer la lecture

Publié dans lectures | Laisser un commentaire

la fraîcheur *11

« Sensation » de Rimbaud, seize ans, et propagation de « fraîcheur » dans huit vers, vorace, intenable, d’un jeune avide de quelque chose d’autre, captivé par les images qui se trament en lui. Rêverie, seulement une rêverie, mais si forte qu’elle en devient … Continuer la lecture

Publié dans la fraîcheur, lectures | Laisser un commentaire

Le Livre de l’intranquillité, Bernardo Soares/Fernando Pessoa

On entre dans des territoires immenses, dont on ne pourra peut-être jamais faire le tour. Une fois qu’on en a parcouru une partie, il est difficile d’en sortir. Ce n’est pas grave. Leur intensité, leur nouveauté, leur profondeur, leur mystère, … Continuer la lecture

Publié dans lectures | Laisser un commentaire

Faut-il un oiseau ? (message à caractère informatif)

Dans le dernier numéro de la revue « La femelle du requin »,  on pourra trouver un article qui a pour titre, justement, « Faut-il un oiseau ? », ma contribution au dossier sur l’œuvre post-exotique d’Antoine Volodine. Il est aussi question, dans ce numéro, … Continuer la lecture

Publié dans la vie remue, lectures | Laisser un commentaire

Pierre Pachet, La Violence du temps – Fiodorov et Mourjenko – Camp n°389/36

J’ai recherché, sans succès, ce que sont devenus Iouri Fiodorov et Alexei Mourjenko. Libérés ? Morts en camp ? Aucune trace d’eux, aujourd’hui. Deux hommes veulent un ailleurs. Le pouvoir du pays où ils vivent les en empêche. Malgré tout, … Continuer la lecture

Publié dans lectures | Un commentaire