ce matin (94- mercredi 28 mai 2014)

ce matin, M. suggère d’appeler le maire pour réveiller sa mère. un peu plus tard, il lit, sur le site d’un quotidien qui se réclame de Beaumarchais, un article qui se contente de reprendre les paroles et la lettre d’un dirigeant de parti politique démissionnaire. pas de commentaire ou de mise en perspective critique. comment supporter sa liberté (de blâmer). il lit ensuite le discours des politiques au pouvoir. discours qui consiste toujours à expliquer qu’il n’y a pas d’alternative. rengaine triste qu’on entend systématiquement de leur part, depuis plus de vingt ans. autant dire tout de suite qu’il n’y a pas de débat, pas de démocratie, celle-là même dont ils disent, concernés, le regard grave, qu’elle est en danger. et ensuite, on s’étonne. maintenant il

Ce contenu a été publié dans ce matin. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *