ce matin (95- jeudi 29 mai 2014)

ce matin, il replonge dans ce qui a commencé il y a environ trois mois : le Boeing disparu refait surface dans l’information. les quelques signaux qui avaient été repérés s’avèrent ne pas provenir de la boîte noire de l’avion. l’obscurité de la folle immensité profonde des mers reprend ses droits. l’affreuse pensée des corps immergés, abîmés, étouffés. on sonde les vies. elles sont cachées, abolies, on le sait, mais on recherche encore, dans l’absolue disparition, l’absolu silence, des années, un petit quelque chose de ce qui s’est irrémédiablement échappé. maintenant il

Ce contenu a été publié dans ce matin. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *