ce matin (99- lundi 2 juin 2014)

ce matin, il rêve d’un feu d’artifice en plein jour, visible d’un pont plongeant vers les couleurs silencieuses. dans le train, il écoute une femme parler au téléphone, la voix assurée d’abord, puis les sanglots, de son mari et de la séparation qu’elle envisage. c’est plus vivable de lui en foutre plein la gueule. je veux pas m’engueuler devant Mathias, qu’il voit que son père est le dernier des cons. comment un mec aussi gentil peut devenir le dernier des enfoirés. elle ne cesse de dire et redire sa sidération devant ce qui explose de ce qui était stabilité et confiance. maintenant il

Ce contenu a été publié dans ce matin. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *