chronique

les nuits, les ruelles sans soleil
brèves images à l’esprit
la plage, les pêcheurs endormis

brefs passages de la fraîcheur
le souvenir sur les peaux chaudes

à l’écart de tout geste appris
au crible des caresses de la sensation
la réalité est douée
discerne les rythmes essentiels
épingle les réjouissances
en fait une chronique

enfle (il n’y a plus rien d’autre autour)
emboîtés, révélant, répondant, insistant

Ce contenu a été publié dans aile. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *