deuxième quinzaine d’avril 2013 : bribes

rencontre par surprise la persistance de parfum, la clinique, le cimetière de Pantin, à chaque être disparu l’indice d’une présence, quelques phrases reviennent

départ, l’école disparaît. Un groupe, souriants, collection de bruits, une quête des lieux, de l’histoire, jeunesse attachante, vivante et gaie ; les photos, des traces

s’endormir pour peu de temps, sous forme de séquences rapides on découvre une chance d’évasion, un sentiment de déconvenue, autre chose qui vaille, une lumière dure

on ne sait au juste : par l’argent, riches et leurs gains, escrocs et des fortunes, charlatans et la mélancolie, naïfs dans un cercle vicieux. Pragmatique ! Monts et merveilles ! Extravagance !

envie de déambuler, terrain de jeu, installer des hamacs comme les étapes d’un parcours, zoner, les fêtes, bouteilles, conversation calme, tout change vite assis sur un banc, du vent se termine

l’eau d’abord, le village enfoui dans les brumes, le fleuve, lucioles, pousses vertes, cerf-volant, enfants semant

au bord extrême les corps dont il déshabille le rêve incarnent sa volonté d’examiner les mécanismes de l’imaginaire

inventive, énigmatique, une inscription, une parole, actions

directions imprévues, sans carte, détournement ludique, coupures inattendues, sensations à quelques moments, réussites et revers, contours et tournants l’amènent plus loin

Ce contenu a été publié dans bribes. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *