deuxième quinzaine de juin 2017 : bribes

pelures de crayons pour reconstituer ses souvenirs. et puis il lui arrive de regarder l’eau des vagues

être heureux souplement, c’est loin

s’affirmer ne ressemblait pas à mon enfance tremblant

il danse éperdument, multipliant l’animal sauvage et sa mélancolie

nourrissant le flux sentimental

le vent au fond de la mer frémit de vivre à peine

persistance de l’élan de bribes. les garder ouvertes. rêverie sans fin. ballet de son ombre. entre image irrigue

Ce contenu a été publié dans bribes. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *