deuxième quinzaine de mai 2013 : bribes

l’éclairage d’une rue, le détail d’une discussion, ajustements charnels, la rencontre le trouble, dérive, sobres dans leur fantaisie

branches en pagaille, grands tumultes. Comment vivre ? Le temps passe. Frénésie paresseuse, éclat anarchique, inachèvement

dans le brouillard entaille, derrière les paupières une renaissance résonne

virage

corps féminin, invente, appelle

une chambre à l’abandon, chaque nuit dans l’immobile

les nuages par instants après l’enterrement

les fenêtres, au travers couleurs variées, une rue tente d’inclure l’art

il y aurait les contours, les silhouettes, la naissance du cou, la souplesse à demi-nue

Ce contenu a été publié dans bribes. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à deuxième quinzaine de mai 2013 : bribes

  1. P. dit :

    Le temps passe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *