en toi

portés, ruisselants
et captivés
et enlisés
semblables à la boue et l’eau

l’impatience des mains
l’effraction du soleil

nous penchons pour la sauvagerie

en toi le rythme

notre équilibre dans l’inconnu approche

Ce contenu a été publié dans aile. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *