glissement

Ce n’est pas moi qui glisse, j’invite le glissement, je me lie et je me fie à lui. Sur le petit toboggan en plastique de la terrasse ombragée, ou le grand toboggan en métal du parc. Glissements réjouissants des tournants, qu’y aura-t-il après. Je prends de la vitesse. Je peux aussi la modérer à ma convenance. Comme un navire sur la peau savoureuse des pêches et plongeant dans les tempêtes de sa pulpe juteuse, ou sur la peau nue, les jambes, les seins, grain à grain, glissement manuel de l’éternelle saveur, dans l’air du matin. Celui de la fenêtre qui s’ouvre procure une joie assez intense : il vieillit tout en s’enrichissant de la multitude offerte. Sur les toits de villes, aux aguets des secrets qui tournoient entre le sol et le ciel. Les vaches sont de grandes observatrices du glissement, et leur rumination est le signe qu’elles y participent. Les jours de grande forme, je suis le glissement de la météorite dans l’espace, qu’il est difficile d’imaginer, car il est vitesse, lointain, comme fantomatique. Sur les océans, j’aime être le glissement invisible qui du sommet des vagues les plus lointaines et les plus hautes rejoint l’enfant jouant et riant au bord de l’eau, pour le rafraîchir, l’éclabousser et recouvrir ses pieds. Sur la terre, le limon, le sable, les branches, les cailloux, les rochers, la mousse, mon glissement creuse avec l’eau des rivières son lit, pour rencontrer les fleurs sauvages. Les adieux sur le quai sont déchirants parce que leur succède le glissement vers autres chose. Pétale de rose, je délaisse ma tige, non pas par fatigue, mais pour glisser à la découverte du bois de la table dans la pièce sans lumière. Sur le lac gelé, en altitude, les yeux dirigés vers les constellations comme des panneaux indicateurs qui ne s’éteignent jamais, je glisse. Dans les tombes pleines de nuit et d’immobilité, pour hisser encore un peu de la vie qui, avant de glisser dans les profondeurs, ne songeait pas à l’extinction sans en craindre la solitude. Impossible de photographier le glissement. Avec lui je fleuris, énergique, connaisseur.

Ce contenu a été publié dans récits. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *