hameçon

matin frais, pluie fine
s’écoulant imperceptiblement
sur ma peau et mes vêtements
minuscules flèches ne freinant pas
l’avancée vers le jour que le temps
se dépêche d’ôter de mes yeux

si

dans de l’encre de gravier
aux petites flaques réfléchissantes
source sombre qui éclaire
je ne trempe mes sens

et dans la soif, le vent que je hume
dans les danses, les deuils, les dérives
les arômes, les murs, les fissures
le temps est mon appât

Ce contenu a été publié dans frayer neuf. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *