jeu

Le jeu expose celui qui est fragile. Pour lui, ce n’est pas vrai que le jeu est un amusement, un divertissement purs. Il y a un enjeu. Jouer, c’est une redistribution des cartes ; c’est penser qu’on va prendre une autre place dans la répartition que la vie a faite. Pour cette raison, il y a des mauvais joueurs : ils n’ont pas obtenu de revalorisation de leur place. Dans ce cas, il y a un recours possible : la tricherie. Le tricheur cherche à combler l’écart entre le désir de gagner du joueur et la situation où l’a mené la partie. C’est la manifestation du malaise qui prend le joueur à l’idée de perdre, et de la volonté de se protéger de la défaite. Le tricheur ne veut pas que sa fébrilité saute aux yeux des autres. Perdre est admissible quand ce n’est rien d’autre qu’un jeu, quand il n’y a pas d’engagement. Le mauvais joueur est jaloux des autres parce qu’il n’accepte pas la règle du jeu, comme le mauvais amant est jaloux des autres parce qu’il ne sait pas aimer. Il agit par peur de perdre son amour.

Ce contenu a été publié dans abécédaire. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à jeu

  1. Philippe Thouart dit :

    Jeu étais
    Jeu suis
    Jeu vais
    Jeu serai
    Jeu pense
    La règle des jeux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *