la fraîcheur *15

Les nuages étaient nombreux dans le matin frais. Ils s’étaient rassemblés dans le ciel bleu. Les uns contre les autres, de l’air de ceux que rien ne presse, ils avançaient très lentement, comme si, tranquilles, bienheureux, au lieu d’aller voter, ils préféraient manifester dans l’azur.

Ce contenu a été publié dans la fraîcheur. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *