la fraîcheur *23

plus tard, ou bien jamais
bientôt, bien tard

pas encore

pourtant le printemps s’est précipité
en hiver

tandis que nos rides creusent leurs traces ombragées
d’hier

on pourrait s’en aller ravir
la mandragore

et nous jouerions aux médecins
qui auscultent sans occulter

le désir de s’évader
d’un geste magicien

vers la féérie des fraîcheurs

Ce contenu a été publié dans la fraîcheur. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *