la nuit

le jour faiblit
tu reviens
légère
déterminée
la nuit sur ta peau
enveloppe
contre toi
je me tends
je te porte
je te goûte
je la déchire
sans que cesse le noir
sans l’adoucir
comme nous sans fracas

Ce contenu a été publié dans aile. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *