le bel été (des premiers paragraphes) -4

Je n’ai jamais cessé en effet de m’étonner devant ce que l’on pourrait appeler le paradoxe de la doxa : le fait que l’ordre du monde tel qu’il est, avec ses sens uniques et ses sens interdits, au sens propre ou au sens figuré, ses obligations et ses sanctions, soit grosso modo respecté, qu’il n’y ait pas davantage de transgressions ou de subversions, de délits et de “folies”; ou, plus surprenant encore, que l’ordre établi, avec ses rapports de domination, ses droits et ses passe-droits, ses privilèges et ses injustices, se perpétue en définitive aussi facilement, mis à part quelques accidents historiques, et que les conditions d’existence les plus intolérables puissent si souvent apparaître comme acceptables et même naturelles.

Pierre Bourdieu, La Domination masculine, 1998

Mais comment font-ils pour tenir ? Comment font-ils pour ne pas disjoncter plus souvent ? La machine est-elle suffisamment puissante pour les contrôler face à l’absurdité quotidienne et l’humiliation ? Quel est mon rôle dans ce marasme ? Quand je prends du recul et observe certains élèves “traverser le désert” durant les années collège, je m’interroge. Aucune réussite, pas la moindre gratification, la moindre reconnaissance. Tels des rats, l’orientation finit par les chasser à coup de balai à l’issue de la scolarité obligatoire. Et ils ne bronchent pas. La messe est dite. Si on s’en tient à ça, on arrête d’enseigner. Ou alors on tente de prendre le problème à l’envers. On interroge son quotidien et quand on est prof, qu’on incarne le système, on interroge ses pratiques. Et là, je reconnais que ça pique un peu : pour qui je travaille ? A qui je consacre mon temps et mon énergie ? Quelles sont mes priorités ? Quelles expériences scolaires je fais vivre à mes élèves chaque semaine ? Ce paragraphe n’avait aucun sens pour moi quand j’étais contraint de le lire pour réussir les partiels puis passer les concours de recrutement. Je suis tombé dessus quelques années après, un peu par hasard. J’avais grandi et j’ai alors compris que les travaux menés par Bourdieu prenaient tout leur sens dans les plis les plus serrés de mon quotidien. Il était urgent pour moi de m’interroger.

FzG

Ce contenu a été publié dans le bel été (des premiers paragraphes). Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *