le bel été (des premiers paragraphes) -6

Ils avaient annoncé des orages pour la fin de la journée, mais le ciel restait bleu et le vent était tombé. Je suis allé jeter un œil dans la cuisine pour vérifier que les trucs collaient pas dans le fond dans la casserole, mais tout se passait à merveille. Je suis sorti sur la véranda armé d’une bière fraîche et je suis resté quelques instants avec la tête en plein soleil. C’était bon, ça faisait une semaine que je prenais le soleil tous les matins en plissant des yeux comme un bienheureux, une semaine que j’avais rencontré Betty.

P. Djian, 37°2 le matin

Je suis au lycée. Après Emile Zola au collège, les premiers livres de Philippe Djian sont ceux que je subtilise dans la bibliothèque de mes parents. Dans la « petite chambre. » Ils ne lisent plus eux. Ils travaillent, ils regardent la télévision, ils dorment. Mais il reste des vestiges de ce qu’ils ont lu, peut-être de ceux qu’ils ont été. Je suis attirée par les couvertures des livres de poche « J’ai Lu ». Colorées et tape à l’œil. Tout y est dans ce premier paragraphe : la cuisine, l’alcool, la nature et les femmes. Thèmes qui reviendront dans chacun de ses romans ou presque. Je pleure pas mal en lisant ce livre et je suis encore très émue au souvenir de cette lecture. Je suis touchée par le personnage de Betty, je m’identifie à elle, je veux lui ressembler. Sauvage, entière, belle, sexy, grande gueule. Je suis touchée aussi par ce personnage masculin. J’entrevois un homme qui ne ressemble pas à ceux de ma famille. Un homme à la sensibilité affichée, drôle, qui aime les femmes. Peut-être avec le recul aussi, le thème de la maladie psychique (Betty est psychotique et finit par se laisser mourir) m’attire déjà. Thème qui traverse ma famille puis mon travail. Philippe Djian est le premier écrivain marquant de mon adolescence. Mais aussi mon compagnon de route. A 40 ans, je continue de lire chacun de ses romans. A chaque parution, c’est la fête. Un festin, un régal à venir (sauf qu’ils sont de plus en plus courts).

Layla

Ce contenu a été publié dans le bel été (des premiers paragraphes). Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *