le fil du sentiment

à ce moment où devraient chanter les sentiments
et l’entrain
mais à la place
ôte le sourire

le fil du sentiment traîne dans le désordre des images évoquées
dans le soleil doux pourtant et aussi la fraîcheur
dans les senteurs qui accompagnent nos pas
épave silencieuse finalement, provisoire ou définitive

aujourd’hui le cœur s’enfonce dans la parole close
heurts d’échos lointains
dans une phrase l’état du trouble
écueil de la volonté, stoppée par l’imagination paralysante

courts-circuits minuscules dans les mots
organisent les trappes
hâtifs pour vite boucher la voie
location indue de temps

conscience lucide de l’écart
hélices qui ne tournent pas dans le même ciel
libertés restées parallèles
espace à chaque fois, d’une fumée parfumée, de ce qui ne se dira pas, riche et embrumé

Ce contenu a été publié dans frayer neuf. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *