météorologie domestique

j’entends des ciseaux
et les fenêtres pluvieuses
je plaque mes yeux sur la surface d’un lac opaque

le temps, rat néant qui vadrouille vers rien

dehors sans doute des couleurs s’évertuent
les secondes secondes secondes
découpent mon coeur
interminablement se superposent
ensevelissent le jour
après la nuit
une guirlande autour de mon cou qui étrangle

un peu, un rayon de poussière, poudre, parfois, une attache

Ce contenu a été publié dans courbes du souvenir. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *