ou

coups de griffe dans l’air
plongeons dans des mers qui n’existent pas

toujours ramper, toujours
étouffer pour la millième fois

ou, devant ton silence vivant
penser aux jours qui viendront

j’imagine une place vacante
sur l’un des versants du souvenir

Ce contenu a été publié dans vietnam 2004. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *