rencontre courte

D’abord : assise au bar, sa longue robe rouge de soirée. Je la rejoins. Peau neuve.
Une autre fois : nos corps étendus côte à côte sur la pelouse, les mêmes qui l’un comme l’autre épousaient la chaleur d’autres corps depuis volatilisés. Pieds nus, rayons chauds, comme des épices sur les lèvres.
Puis : un soir, coupe de champagne. Sur le chemin du retour son chant me surprend.
Puis : un instant d’une autre nuit, d’un souffle l’égratignure chaude et froide.

Ce contenu a été publié dans courbes du souvenir. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *